quai des anges
Clara et Steve nous ont écrit pour nous raconter leur sortie libertine dans un club aux alentours du quartier naturiste. Le Quai des Anges, en Agde, accueille les couples épris de pluralité masculine et des hommes célibataires appréciant le gang bang.

Quand on est étudiants et qu’on s’offre une semaine de libertinage au Cap d’Agde, il n’est pas toujours facile de joindre les deux bouts. C’est pour cela que nous avons particulièrement prêté attention au dépliant du club Le Quai des Anges, qui proposait une entrée gratuite aux couples HF.

Pourquoi pas, après tout ? Et même si ce club en Agde a la réputation d’être surtout un gangbang club, et que nous cherchions essentiellement des couples, l’idée de visiter la vieille ville et finir la soirée dans ce club nous a plu.

Donc, après une promenade très sympa dans le ville d’Agde et un petit restau pas cher, nous avons tracé jusqu’au Quai des Anges, un peu intrigués par la réputation sulfureuse de l’établissement. Et pour cause : une déco infernale et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’hommes seuls. Nous savions à quoi nous attendre, mais tout de même…

Soirée gangbang au Quai des Anges

Ce n’est que plus tard que sont arrivés les couples, faisant un peu redescendre la pression sur nous – et surtout sur Clara – qui n’en pouvait plus de repousser les avances (courtoises et polies) des célibataires. C’est à ce moment qu’elle est arrivée : un femme mûre, entre 40 et 50 ans, blonde, grande et, pour tout dire, très belle.

Elle est venue danser, en compagnie de son mari, sur la piste, non loin de nous. Mais nous n’avons pas eu beaucoup loisir de la regarder. Après quelques chansons, le couple est parti en direction des coins-câlins. Toujours aussi curieux, nous avons suivi, à distance, la sarabande de mecs qui leur emboitait le pas.

Là, devant nos yeux ébahis, et alors que les gars nous laissaient un petit chemin pour accéder au spectacle, nous avons pu mater la belle blonde en train de baiser à la chaîne avec tous les gars du club. Nous qui avions toujours pensé que les amatrices de gangbang étaient surtout des femmes plutôt pas terribles. Là, c’était une bombe qui s’envoyait en l’air avec quiconque respectait le jeu de la capote.

Nous avons pu reluquer un long moment la belle femme dans ses exploits pornographiques, avant qu’elle ne retourne au bar boire un verre, faire quelques pas de danse, et repartir finalement vers les coins-câlins. Ça a duré toute la nuit comme ça.

De notre côté, nous avons fait la connaissance d’un autre jeune couple un peu juste au niveau financier, venu là pour voir si l’échangisme était aussi de mise. Mais c’est une autre histoire…